Thursday, March 05, 2009

Interview with Carlos Fuentes

Le Figaro interviews Carlos Fuentes


LE FIGARO. - Le 11 mars, vous donnerez une conférence à la Bibliothèque nationale de Paris sur la littérature latino-américaine. A-t-elle beaucoup évolué en un demi-siècle ?

Carlos FUENTES. - Elle a énormément changé. À mes débuts, il n'y avait presque pas de romanciers. Un grand critique a dit un jour : « L'Amérique latine, c'est un roman sans romancier. » Puis il y a eu la parole avec Pablo Neruda ; le premier romancier fut Alejo Carpentier, suivi de Borges, Asturias. Enfin est arrivé le « Boom », un mouvement littéraire de douze personnes dont Garcia Marquez, Cortazar, Vargas Llosa... Aujourd'hui, il y a une centaine de bons écrivains dans toute l'Amérique latine.

Read More



1 comment: